Travail de distanciation, mise à plat des prénotions

A l’issue des deux premières séances d’enquête, nous avons choisi d’étudier la violence à l’université. Dans le cadre du travail de distanciation, au cours de la troisième séance, nous sommes chacun·es allé·es écrire nos prénotions au tableau pour partager nos idées et avoir une vision d’ensemble sur le sujet.

 Il y a différentes étapes dans l’élaboration d’une enquête sociologique. Il faut dans un premier temps s’intéresser à la construction de l’objet qui passe par ce que l’on appelle le travail de distanciation dans lequel il est nécessaire de poser nos prénotions. Introduit par Durkheim, le terme de prénotion désigne les préjuges, les idées reçues concernant un sujet donné.

Nous avons essayé dans cet article de retranscrire avec précision l’ensemble de nos prénotions sur ce que nous a évoqué la violence à l’Université. En voici la liste et quelques exemples d’illustration :


Après cette mise en commun, certaines idées sont revenues plusieurs fois. Nous avons remarqué que nos prénotions se positionnaient majoritairement du point de vue de la violence subie plutôt que de la violence exercée.

Pourquoi cette tendance inconsciente à se positionner du côté des victimes ? Peut-être par vécu, par expérience personnelle ou alors par empathie, laissant penser qu’on se tournerait naturellement vers la victime lorsqu’on parle de violence. Il semble plus facile d’être du côté des ‘’gentils’’ que celui des ‘’méchants’’.

rédigé par B. Lison, F. Farah, N. Nassou et D. Julie.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.