Choisir un axe de recherche, pas si simple !

Après avoir énuméré nos prénotions à l’égard de notre sujet, nous avons débattu lors de la troisième séance sur l’axe de recherche à adopter pour traiter de la violence à l’Université. La violence à l’Université est un sujet peu traité, voire quasiment pas. Notre objectif était de mettre en avant ce problème majeur. Il restait à savoir par quel axe nous allions aborder ce large domaine. Pour restreindre une première fois le questionnement nous nous sommes limités aux individus de Lyon II.

Pour ce faire, les étudiant.e.s, regroupé.e.s en binômes, ont proposé tour à tour un axe à étudier.

Ce travail collaboratif a été permis par une succession de questions de départ (Qui, où, quand, pour quoi, pourquoi ?) traitées de manière individuelle puis collective. Ainsi, les idées de chacun et chacune ont été reportées sur le tableau afin d’avoir une vue d’ensemble sur celles-ci. Certains concepts revenaient plus que d’autres. Une sélection était donc nécessaire, afin d’avoir un objet de recherche commun.

Crédits photos: Virginie Blum

Deux sujets principaux ont été retenus : le premier traitait la violence à l’Université selon la place occupée dans le système (étudiant.e.s, professeur.e.s, personnel technique et administratif), et l’autre prenait en compte uniquement les étudiant.e.s en fonction de leur avancement dans le cursus universitaire (licence, master, doctorat).

A la suite de cette mise en commun, plusieurs débats ont eu lieu, dans le but de trouver un sujet définitif. Les échanges ont été vifs et houleux. L’aspect matériel et pratique, voire technique nous ont montré une des limites concernant l’un des sujets proposés. En effet il semblait difficile pour certain.e.s étudiant.e.s d’obtenir un entretien des professeur.e.s et du personnel technique et administratif. En cause la difficulté d’accessibilité au terrain (accès aux individus). Cependant, cette piste semblait importante pour une majorité car cet axe paraissait pertinent. Etant donné que la violence ne touche pas seulement les étudiant.e.s à l’Université, il leur a semblé nécessaire, voire obligatoire de traiter le sujet en l’étendant à tous les individus susceptibles d’être présent sur un campus universitaire.

De plus, certain.e.s étudiant.e.s craignaient que d’autres ne jouent pas entièrement le jeu et que des résultats soient faussés ou inventés, ce qui pourrait affecter la dimension scientifique et sociale de l’enquête.

On observait donc une division dans la classe. Des petits groupes se sont formés, créant des espaces de discussions isolés. Face à cette absence d’échanges et d’écoute, un premier vote a été réalisé pour connaître l’avis général. S’en est suivi de nouveaux débats. L’enseignante avait préalablement quitté la salle pour laisser les étudiant.e.s choisir, débattre, et pour ne pas influencer le choix du sujet. Un second vote a été effectué, et le choix de la majorité s’est confirmé. L’axe choisit pour la réalisation de notre enquête sera donc celui de la violence selon la position occupée dans le système universitaire. Nous interrogerons donc des étudiant.e.s, des professeur.e.s mais aussi des agents techniques, d’entretiens ou encore administratifs.

À la suite des inquiétudes soulevées dans le débat, il a été jugé nécessaire de définir les groupes, et ce, de manière symbolique, afin « d’assurer » aux étudiant.e.s inquiet.e.s qu’il n’y aurait pas d’obstacles dans la répartition du travail puisque les groupes seraient définis à l’avance.

Finalement, malgré la déception de certain.e.s étudiant.e.s, toutes et tous semblent plus ou moins d’accord pour traiter ce sujet. Cette réflexion a donc été basée sur un réel travail collaboratif qui nous a permis de confronter nos points de vue, et étayer notre réflexion.

 

Adrien D. ; Léa C. ; Maxime G. ; Marion M.

Travail de distanciation, mise à plat des prénotions

A l’issue des deux premières séances d’enquête, nous avons choisi d’étudier la violence à l’université. Dans le cadre du travail de distanciation, au cours de la troisième séance, nous sommes chacun·es allé·es écrire nos prénotions au tableau pour partager nos idées et avoir une vision d’ensemble sur le sujet.

 Il y a différentes étapes dans l’élaboration d’une enquête sociologique. Il faut dans un premier temps s’intéresser à la construction de l’objet qui passe par ce que l’on appelle le travail de distanciation dans lequel il est nécessaire de poser nos prénotions. Introduit par Durkheim, le terme de prénotion désigne les préjuges, les idées reçues concernant un sujet donné.

Nous avons essayé dans cet article de retranscrire avec précision l’ensemble de nos prénotions sur ce que nous a évoqué la violence à l’Université. En voici la liste et quelques exemples d’illustration :

Continuer la lecture de « Travail de distanciation, mise à plat des prénotions »

TD d’enquête sociologique sur la violence à l’université : Quésaco ?

La violence et notamment à l’université est un sujet sensible, dont l’écho se fait plus fort depuis plusieurs années et dans le cadre d’un TD d’enquête sociologique en 2ème année de licence sciences sociales, une vingtaine d’étudiant.es partent en-quête sur ce thème.

Ce TD de 3,5h par semaine a pour but de former à la production sociologique et pour ce faire, il est organisé en deux volets. Le premier semestre est axé sur le volet qualitatif de l’enquête : chaque étudiant.e réalise un entretien à partir d’un guide élaboré collectivement. Le second semestre consiste à poursuivre l’analyse en réalisant une enquête quantitative via la passation de 25 questionnaires par étudiant.e, questionnaire construit à partir des résultats dégagés sur le plan qualitatif. La saisie et l’exploitation de ces questionnaires se fait ensuite via le logiciel ModaLisa.

L’objectif de ce carnet est d’accompagner les différentes étapes de cette production sociologique, les réflexions qu’elle soulève et son actualité tout comme les résultats de cette enquête collective. Il sert également de support pédagogique pour former les étudiant.es à la valorisation et à la diffusion de leurs savoirs.